Les élèves de 5e1 ont rencontré Natalie Zimmermann dans le cadre du Prix des Incorruptibles

par Mme FEVRE

Notre rencontre avec Natalie Zimmermann : Présentation par Denna E.

Le Jeudi 25 avril 2013, nous avons accueillis Nathalie Zimmermann, une traductrice et écrivain française. Dans son enfance, Nathalie parlait Anglais, Russe et Arabe ! A notre âge elle détestait les rédactions et n’était pas bonne en français ! Elle ne pensait donc pas devenir écrivaine. Mais en traduisant des livres, elle s’est dite : « Et pourquoi je n’écrirais pas mon propre livre ? » et cela l’a fait devenir écrivaine.

Voici quelques-unes des questions qui lui ont été posées :

Où avez-vous passé votre enfance ?
J’ai accompagné mes parents dans leurs nombreux déplacements et j’en ai gardé un esprit nomade.
(Deva HL)

Quel a été votre état quand vous avez appris que vous traduisez ce livre ?
Je me suis dit « Oh la la, il va falloir que je me dépêche ! ».
(Casey H)

Était-ce un livre dur à traduire ?
Oui, les répétitions en ont fait un vrai challenge.
(Nicolas D)

Dans le livre L’Atlas d’Eméraude à quel personnage aimeriez-vous ressembler ?
J’aimerais bien ressembler à Kate.
(Amélie G)

Quel est le livre que vous avez préféré traduire ?
Oh il y en a beaucoup mais je pense que c’est La Saison des Cerisiers en Fleurs.
(Marie Alice R)

Avez-vous une idole dans l’écriture ?
J’en ai plusieurs. J’adore Dickens, Zafon, et Robert Harris.
(Casey H)

Avez-vous besoin de l’aide de l’auteur pour traduire des livres ?
Non, pas tellement. Parfois, les auteurs ne parlent pas français, mais beaucoup veulent rester trop près du texte original et donc, il faut se demander ce qu’il a voulu dire.
(Amélie G)

Combien de livres avez-vous écrit/traduit ?
Elle a écrit à peu près 30 livres et traduit entre 150 et 200 livres. Natalie n’est traductrice qu’en français car c’est sa langue maternelle.
(Margaux G)

Avez-vous des enfants ? Si oui, allez-vous les pousser à faire le même métier que vous ?
J’ai quatre filles. Oui, l’une d’elle se fait déjà publier. Mais de toute façon je ne les pousserais pas à quoi que ce soit.
(Casey H)

Combien de fois avez-vous besoin de lire le livre pour vous imprégner de l’histoire pour après pouvoir le traduire ?
Normalement on est sensé tout lire mais moi je veux avoir la surprise donc je ne lis rien avant sauf si c’est un auteur que je ne connais pas et dans ce cas-là je lis un quart du livre.
(Marie Alice R)

Parlez-vous d’autres langues ?
Oui je parle l’anglais et le français par contre, quand j’étais jeune j’appris le russe, mais je ne l’ai pas utilisé depuis longtemps alors j’ai presque tout oublié.
(Emma M)

D’où puisez-vous votre inspiration pour écrire des livres ?
Souvent mes livres partent d’un coup comme ça donc à ce moment-là je n’ai pas besoin d’inspiration, l’histoire vient toute seule mais, par exemple, pour la série que je suis en train d’écrire : Quatuor je m’inspire un peu de mes filles.
(Marie Alice R)

Quand vous traduisez un livre, est-ce que ça vous donne l’impression d’écrire votre propre livre ?
Non, je suis toujours au service du livre et je n’y mets pas mon propre style.
(Amélie G)

Vous considérez-vous comme écrivain ou écrivaine ?
Je me considère plutôt écrivain qu’écrivaine.
Je n’aime pas vraiment le mot « écrivaine » et je trouve que ça ne sonne pas bien.
(Guilhem S)

Avez-vous déjà rencontré l’auteur de L’Atlas d’Emeraude ?
Oui, c’est un jeune scénariste de séries/films américains qui voulait se lancer dans l’écriture. Il a notamment produit la fameuse série "Gossip Girl" dont tous les ados parlent. Dans ce livre, on peut remarquer qu’il y a beaucoup d’action et qu’il aime cela.
(Amélie S)